Nos valeurs

Reconstitution historique, archéologie expérimentale et «évocation»

La reconstitution historique, initiée il y a déjà quelques années, a vu un développement assez fulgurant ; ses méthodes et ses finalités étant larges et ludiques.

Ainsi, lorsqu’un objet est reconstitué, nous nous basons sur un artefact archéologique ou une typologie précise pour en reproduire le matériau, les dimensions et la morphologie le plus fidèlement possible. Il s’agit alors de fac-similés ou d’objets reconstitués.

Parfois, la reconstitution « directe » est impossible, faute de connaissances et de trouvailles archéologiques. Nous pouvons alors nous baser sur l’iconographie, comparer avec une autre zone géographique ou avec une période antérieure ou postérieure, ou simplement réaliser un objet en tenant compte des besoins et moyens de nos lointains ancêtres. Il s’agit alors d’évocation historique.

Notre troupe ne pratique l’évocation que lorsqu’elle est indispensable et que la reconstitution est impossible. Elle peut également, dans de rares cas, présenter une alternative à une information archéologique trop lacunaire ou trop rarement attestée.