' Trimatrici


Les Trimatrici ont pour but de reconstituer le plus justement possible la vie, l'artisanat et le combat des gaulois au Ier siècle avant notre ère. Pour ce faire, nous nous appuyons sur les découvertes archéologiques, et suivons les mises à jours et études les plus récentes quant à ces connaissances. Nous comptons également dans nos membres plusieurs archéologues et étudiants en archéologie pour aiguiller et corriger notre démarche.

Dans cette optique, nous essayons de reconstituer le plus fidèlement possible l'artisanat, l'armement et les tactiques de combats, et plus généralement la vie des gaulois de la fin de l'indépendance (et plus précisement la période de la guerre des Gaules) sur le territoire des Médiomatrici et des Triboci (peuples dont l'association tire son nom).

Animations : Nos prestations sont modulées en fonction des circonstances (présentation en milieu scolaire, sur achéosites...) mais en général nous installons un campement dans lequel le public peut évoluer au fil des différents ateliers que nous proposons. Ceux-ci comprennent des activités artisanales (voir la section « Artisanats ») ainsi qu'une présentation de l'armement gaulois de la fin de l'indépendance (La Tène D2a). Suite à nos expérimentations sur les techniques de combat (voir la section « Guerriers »), nous proposons également des démonstrations de combat à divers moments de la journée. Ludique et pédagogique, nous organisons également des combats enfants avec un armement securisée.

Reconstitution historique, archéologie expérimentale et « évocation »

La reconstitution historique, initiée il y a déjà quelques années, a vu un développement assez fulgurant ; ses méthodes et ses finalités étant larges et ludiques.

Ainsi, lorsqu'un objet est reconstitué, nous nous basons sur un artefact archéologique ou une typologie précise pour en reproduire le matériau, les dimensions et la morphologie le plus fidèlement possible. Il s'agit alors de fac-similés ou d'objets reconstitués.

Parfois, la reconstitution "directe" est impossible, faute de connaissances et de trouvailles archéologiques. Nous pouvons alors nous baser sur l'iconographie, comparer avec une autre zone géographique ou avec une période antérieure ou postérieure, ou simplement réaliser un objet en tenant compte des besoins et moyens de nos lointains ancêtres. Il s'agit alors d'évocation historique.

Notre troupe ne pratique l'évocation que lorsqu'elle est indispensable et que la reconstitution est impossible. Elle peut également, dans de rares cas, présenter une alternative à une information archéologique trop lacunaire ou trop rarement attestée.