' Forge

La forge

Les celtes étaient réputés être d'excellents artisans du métal. La forge consiste à modeler le métal à chaud, et on ne parlera ici que des métaux ferreux.

Le minerai de fer est extrait de mines. Il est alors réduit dans un bas-fourneau (le haut fourneau n'étant pas attesté à cette époque), afin d'ôter les impuretés, terre et autres roches qui peuvent faire partie du minerai. Il en résulte une loupe, masse hétérogène de fer, de scories et de charbon. Cette loupe sera épurée par martelage (cinglage) puis forgée en forme de lingot. Cette opération est longue et difficile, ce qui fait du fer un matériau très coûteux dans l'antiquité. La teneur en carbone de ce lingot peut varier (on parle aujourd'hui d'acier doux ou d'acier dur selon la teneur en carbone), selon le minerai extrait et la fabrication. Le lingot, généralement de forme ovoïde (double pyramide) [photo], parfois sous forme de barre plus plate [photo], sera vendu aux forgerons.

En chauffant le métal dans une forge à l'aide d'un soufflet, on va le porter à plus de 700°C à 900°C ce qui rendra le fer plus malléable. On pourra alors le marteler pour lui donner la forme voulue. Ce processus de modélisation se fait à l'aide de tenailles et marteaux. On va battre l'acier sur un tas (une enclume), qui peut être fait en acier ou en pierre.

Les gaulois pratiquaient déjà certaines techniques de forge complexes, telles que le revenu, la trempe ou encore le corroyage.

Le fer étant étant un métal extrêmement important chez les gaulois, il était utilisé dans de nombreux domaines : outillage, bijouterie, serrurerie, armement, cerclage de roues... Il était également une marque de richesse: chez les aristocrates, le casque, l'armure, le fourreau d'épée, tous en fer, servaient aussi à montrer leur statut social et leur richesse.